La Turbine, c’est qui?

La Turbine à Graines c’est la rencontre de trois porteur-es de projet, de trois histoires portées par un même horizon d’éducation populaire. L’équipe des porteur-es de projet anime l’outil de travail au quotidien : définition collective du projet politique, interventions, prise en charge du fonctionnement de la structure. Nous agissons dans un souci constant d’horizontalité, et dans une vigilance envers la spécialisation des rôles, en évitant la division du travail. L’expérimentation de l’autogestion au sein du collectif de travail est au cœur de nos pratiques, ainsi que le questionnement mené autour de notre relation au travail et de notre métier d’animateur et d’animatrice d’éducation populaire.

La Turbine à Graines c’est aussi des métissages et des coopérations dans nos actions. Des rencontres avec des structures qui nous décalent et nous ouvrent à d’autres formes d’intervention. Avec l’Improbable, nous nous emparons de la question du corps et ouvrons des territoires où l’éducation populaire s’engage dans des formes de création et de fabrique artistique. Avec l’Office nous agitons la question des cultures libres et mettons les mains dans le numérique. Dans les espaces qui viennent questionner les métiers, la coopération avec des personnes engagées dans les milieux professionnels concernés (travail social, pratiques de soin, etc.) nous permet d’ancrer nos interventions dans le cœur des pratiques.

La Turbine à Graines ce sont des alliances à l’échelle locale et dans des réseaux d’éducation populaire au niveau national. Dans la vallée de la Drôme nous contribuons à la vie du territoire, et nous nous sommes rapproché-es de structures et personnes qui agissent aussi pour construire un monde plus juste. Au niveau national, nous continuons à tisser des histoires privilégiées avec des mouvements comme l’AFEV et Solidarités Jeunesses. Et nous commençons aujourd’hui à cheminer avec le réseau des CREFAD.

Plus largement, notre volonté c’est participer à un grand mouvement de transformation sociale. Essaimer et contribuer à un maillage entre les personnes qui ont participé à nos formations, entre les collectifs qui ont été accompagnés, et entre toutes les personnes avec lesquelles nous œuvrons. Aller à la rencontre d’autres idéaux et se nourrir d’autres pratiques qui résonnent avec nos désirs politiques. Se donner dans ces rencontres de la force et de l’ambition dans nos chantiers de transformation. Parce qu’ensemble ce que l’on croyait impossible devient possible !