Nos ateliers-formations à venir

Faire vivre l’éducation populaire: Histoires, enjeux, postures

Cycle de 3 modules dissociables, en résidence à Die (Habiterre, Drôme) dont les prochaines sessions sont :

Du 13 au 15 Décembre 2023, Accompagnement, autodétermination, partis pris.

L’éducation populaire est vivante, multiple et nécessaire.

Vivante, car partout dans le pays s’organisent ensemble des gens qui font vivre des cafés associatifs, maisons de quartier, bibliothèques autogérées, ateliers vélo, festivals militants, ateliers de rue, groupes d’entraide mutuelle, cantines populaires (et tant d’autres!), pour apprendre ensemble et renforcer leurs luttes.

Multiple, car les formes qu’elle prend sont nombreuses de la plus institutionnelle à la plus informelle, de la plus consensuelle à la plus radicale, de la plus spontanée à la plus structurée.

Nécessaire, car le pays brûle.

Ce mouvement est aussi traversé de contradictions et de profonds débats, qui nourrissent des questionnements permanents. Comment concilier nécessité de conscientisation (-faire-prendre conscience des oppressions qu’on subit) et finalité d’autodétermination (définir par soi-même ses valeurs et son mode de vie) ? L’entre-soi est-il un moyen de se retrouver entre personnes qui partagent les mêmes questionnements, la reproduction d’un privilège, ou un désaveu de l’injonction à la « mixité sociale » ? Peut-on être professionnel.le de l’éducation populaire, et quelles sont les conséquences de cette institutionnalisation? …

A travers toutes ces questions, nous serons amené·es dans ce troisième module  « Accompagnement, autodétermination, partis pris », à définir nos différentes postures dans nos pratiques d’éducation populaire. Animateur·ice (jeunesse, formation, éducation…), accompagnateur·ice (intervention, compagnonnage, médiation…), agitateur·ice (activisme, organisation communautaire, plaidoyer…) ? Nos différentes modalités d’actions peuvent paraître parfois contradictoires. Comment se situer, apprendre à jongler entre ces différentes postures ? 

Nous chercherons des ressources dans nos pratiques professionnelles ou militantes, nous glanerons des savoirs dans les champs de l’accompagnement, de la médiation et de l’analyse institutionnelle, mais aussi dans nos propres expériences d’enfant, élève, stagiaire, collègues…

Plus de détails, programme et note d’intention ici

Parentalités révolutionnaires?! 

Explorer, accompagner, transformer les parentalités dans une perspective féministe.

Du 20 au 22 Janvier 2024 – Marseille – hors résidence –

Parent ou non, désir d’enfant ou non, nous identifions des enjeux forts de la lutte contre le patriarcat dans nos manières de voir, de vivre, de penser la parentalité aujourd’hui. En tensions entre les statuts de mère et de femme, entre vie pro et vie perso, dans le droit à être parent comme à ne pas l’être, le partage des responsabilités dans des formes de co-parentalités qui se (ré)inventent aujourd’hui, questionnent le rapport à la famille nucléaire, au couple, à l’hétérosexualité, l’hétéronorme… Comment faire avec l’éducation sexiste encore transmise à nos enfants ? Quelles seraient les formes de parentalités ou de co-parentalités constructives et désirables pour chacun·e?

A Marseille un collectif féministe qui pense la parentalité autrement nous a invité à relancer cet atelier-formation chez elleux. Tant d’enjeux se mêlent dans la question d’être parent qu’il est périlleux de faire des choix éclairés, de les assumer et de revendiquer que nos préoccupations de la sphère intime et domestique ne regardent pas que nous !

Plus de détails, programme et note d’intention ici

Jouir sans entraves?! 

Explorer les thématiques Corps-Genres-Sexualité

Du 23 au 26 Janvier 2024  – Habiterre – Die (26) – En co-animation avec Le Nousistan

Jouir de nos vies, jouir de nos corps, jouir de nos sexualités… Un désir légitime c’est certain, mais parfois aussi une nouvelle injonction sociale… Pas si simple!

La complexité de partager nos sexualités avec d’autres fait partie des défis de notre époque. Des désirs, des identités et des pratiques différentes de la norme s’affirment de plus en plus fort, tout comme l’exigence de consentement et d’auto-détermination. L’amour se réinvente sous de multiples formes relationnelles, affectives et sexuelles.

La sexualité peut être source d’épanouissement et de destruction, d’un plaisir immense et d’une violence sans nom. Il nous semble nécessaire d’aborder ces sujets pour pouvoir inventer plus librement et vivre plus sereinement nos sexualités.

Plus de détails, programme et note d’intention ici

Journée découverte « Animer l’intelligence collective »

Enquête sensible sur nos pratiques coopératives

Le 13 février 2024, de 9h30 à 16h –  Cap Berriat – la Capsule, Grenoble (38)

La démocratie n’est pas une question de confiance, mais d’effort. » (E. Snowden)

Parce que la démocratie ça s’apprend et ça se travaille au quotidien, nous proposons de nouvelles formes d’atelier-formation « découverte » à la journée, pour partager nos vécus, pratiques et questionnements sur l’organisation collective dans une démarche d’éducation populaire :

Quelles pratiques dcoopératives dans nos collectifs ? – Enquête collective sur les multiples facettes de la coopération à partir d’une trame de questions choisies pour analyser nos formes d’organisation collective.

Atelier à prix libre.

Plus de détails, programme et note d’intention ici

Animer l’intelligence collective

Expérimenter l’éducation populaire pour renforcer la participation et la coopération – 5 jours

du 25 au 29 mars 2024 – Grenoble – hors résidence

Depuis nos propres expériences d’organisations collectives et en partageant d’autres aventures inspirantes, nous proposons 5 jours pour explorer les dynamiques collectives dans toute leurs complexité et se donner les moyen de les animer, de les accompagner. Nous prendrons le temps de définir nos postures et comprendre les rôles que chacun·e peut jouer dans son organisation à l’échelle « micropolitique ». En observant nos aventures collectives de leur naissance à leur mort, nous explorons des formes d’organisation capables d’évoluer, en prêtant particulièrement attention au processus, c’est à dire à nos manières de traverser, d’exprimer et d’analyser des situations problématiques pour pouvoir les transformer, agir sur nos réalités.

Plus de détails, programme et note d’intention ici

 

Tous nos ateliers formations sont publiés sur la page Calendrier de Formations.

 

voir aussi :
 
La certification qualité a été délivrée au titre de la catégorie : action de formation

Nos derniers éditos

Lettre d’info #35 – juin 2023

Tenir ensemble doutes et certitudes est pour nous une condition sine qua none d’une action politique. Une action politique qui puisse être radicale tout en prenant en compte la complexité de chaque situation. 

Sans doutes, la certitude devient totalitaire et sans certitudes, le doute devient paralysant. 

Dans la force de la certitude, nous percevons la résistance, la conviction, le parti-pris, la radicalité, la lutte, la confrontation, la prise de risques…

Dans la force du doute, nous percevons la prise en compte de la complexité, la considération de l’autre, la multiplicité, la composition, la dialectique…

Depuis notre vie d’équipe, nos engagements personnels et nos interventions et accompagnements auprès de collectifs, associations, collectivités ou réseaux, partout, nous nous observons nous débattre entre ces deux forces :

D’un côté nous nous voyons convaincu·es d’avoir raison, dans la nécessité de nous défendre, de revendiquer nos droits, nos convictions, et en même temps, nous nous voyons diaboliser nos adversaires, nous installer dans la position de victime, puis nous nous voyons nous crisper, nous diviser, nous accuser de mauvaise foi, de manipulation, et parfois passer à l’offensive entre nous. De l’autre, nous nous voyons aussi dans la peur de nous engager, nous nous voyons douter des effets de nos actes, dans la nécessité de prendre du recul, de penser les choses de manière complexe, de résister à l’urgence, et en même temps nous nous voyons rester passif·ves devant la violence, nous perdre dans l’inertie, puis nous nous voyons dénoncer celleux qui passent à l’acte, juger leurs comportements comme simplistes, insuffisants, parfois contre-productifs, nous nous voyons aussi nous installer dans le déni ou le défaitisme. 

Chaque fois que nous sommes pris·es par la force de nos convictions, nos certitudes, nos radicalités d’un côté, ou de l’autre par celle de la complexité, de la multiplicité et du doute, nous sentons combien il nous manque la force opposée.

Comment tenir ensemble ces forces indispensables l’une à l’autre ? Oser des compromis avec nos idéaux pour tenir nos certitudes, maintenir les rapports de force, défendre ce qui nous tient à cœur et en même temps tenir nos doutes, cultiver une approche complexe et détachée de nos propres intérêts qu’exige la prise en compte et la considération de chacun·e ? Comment travailler nos divergences qui s’exacerbent autour de la gestion des ressources qui se raréfient (la terre, l’eau, les financements publics,…) ? Faut-il résister à l’urgence ou serait-ce se voiler la face ? Comment faire dans un rapport de force tellement déséquilibré qu’il « suffit » de promulguer une dissolution en conseil des ministres pour qu’un mouvement social de milliers de personnes qui lutte pour l’intérêt général soit privé de la liberté de réunion, d’expression, de diffusion? Quelles fins justifient quels moyens ? À quoi allons-nous contribuer et comment ?

Nous avons trouvé de l’inspiration dans la notion de composition défendue par le mouvement des soulèvements de la Terre : « Parce que ces forces jouent ensemble, des déplacements et des dépassements adviennent. Elles le font sans chercher à se convertir mais dans l’écoute attentive, depuis une sensibilité au diapason […] Les voix des Soulèvements s’efforcent toujours d’éviter la cacophonie des dissociations et des oppositions binaires par un art subtil des accords et des arrangements. Elles éprouvent ainsi l’harmonie des dissonances,… »* 

Nous condamnons la répression sans précédent qu’engage le gouvernement à l’encontre de ce mouvement qui cherche à composer entre radicalité et complexité. Nous vous invitons à signer la tribune et diffuser cet appel : https://lessoulevementsdelaterre.org/