Calendrier

Contactez-nous si vous souhaitez concevoir un projet de formation chez vous > voir la formation sur mesure

Animer l’intelligence collective Expérimenter l’éducation populaire pour renforcer la participation et la coopération

du 14 au 18 Novembre 2022 – Habiterre – Die (26) – résidence

du 14 au 18 Novembre 2022 – Grenoble (38) – hors résidence

du 6 au 10 Mars 2023 – Habiterre – Die (26) – résidence

du 13 au 17 Novembre 2023 – Habiterre – Die (26) – résidence

+ Animer l’intelligence collective – journées « découverte » :  Dates à venir – à Cap Berriat – la Capsule, Grenoble (38)

Parler de sexualité avec les ados : Initiation à l’Éducation aux sexualités

Du 7 au 9 Décembre 2022 (sous réserve) – Habiterre – Die (26) – en partenariat avec l’ALS (Association de lutte contre le sida et pour la santé sexuelle) et l’ESCDD (Espace social et culturel du Diois) 

Jouir sans entraves?! Explorer les thématiques Corps-Genres-Sexualité

Du 17 au 21 octobre  – Habiterre – Die (26) – En co-animation avec Le Nousistan

Découvrir l’analyse institutionnellePenser en mouvement nos vécus et nos pratiques.

Du 6 au 10 mars 2023 – pension complète au Cabaret des Ramières, Eurre (26)

Penser et agir dans la complexitéEntraînement Mental (stages animés et portés par Julien Revol via l’association La Méandre – en résidence et pension complète)

Du 13 au 16 décembre 2022 – à Die, Drôme (Habiterre) Stage Découverte.

Du 7 au 10 février 2023 – Drôme (lieu à préciser) stage Approfondissement ; en complicité avec l’OCCE et coanimé avec Emmanuelle Pain

Du 5 au 8 décembre 2023 à Die, Drôme (Habiterre) Stage Découverte.

Parentalités révolutionnaires?! Explorer, accompagner, transformer les parentalités dans une perspective féministe.

Du 12 au 14 octobre 2022 – La Salière, Grenoble (38100), hors résidence

Faire vivre l’éducation populaire – Histoire(s), enjeux et postures

Pour une éducation populaire vivante, plurielle et transformatrice – Stages en résidence à Habiterre (Die, 26)

Du 1er au 3 février 2023 – Histoire(s) de l’éducation populaire : Pratiques, héritages, récits.

Du 26 au 28 avril 2023 – Enjeux de l’éducation populaire : tensions, limites, mutations.

Du 27 au 29 septembre 2023 – Postures d’éducation populaire : accompagnements, autodéterminations, partis pris

Formations disponibles sur commande :

Autogestions, pièges à cons?! Explorer les thématiques Conflit-Crise-Collectif

Prendre et donner le pouvoir?! Travailler la gouvernance des organisations collectives

—————————————————————————————————

inscriptions: contact@laturbineagraines.net

Perrine Boissier : 06-61-38-47-67

Wim de Lamotte : 06-28-36-63-34

du 14 au 18 Novembre 2022 – Habiterre – Die (26) – en résidence

du 14 au 18 Novembre 2022 – Grenoble (38) – hors résidence

du 6 au 10 Mars 2023 – Habiterre – Die (26) – en résidence

du 13 au 17 Novembre 2023 – Habiterre – Die (26) – en résidence

+ Animer l’intelligence collective – journées « découverte » :  Dates à venir – à Cap Berriat – la Capsule, Grenoble (38)

Animé par Wim de Lamotte et / ou Perrine Boissier

Depuis nos propres expériences d’organisation collective et en partageant d’autres aventures inspirantes, nous proposons d’aiguiser nos esprits critiques pour coopérer en articulant besoins individuels et collectifs, contexte politique actuel et conscience des déterminismes sociaux. Penser la question du collectif dans sa globalité, c’est la penser dans sa complexité.

Dans un contexte où de plus en plus de solutions d’organisations collectives sont réduites à l’effort de bienveillance, nous nous méfions des formes qui feraient glisser les enjeux de respect mutuel / de dignité vers la complaisance. Pour nous, il ne s’agit pas d’éviter le conflit, mais bien de l’animer, de l’utiliser comme moteur. Aborder les questions de places, de rôles, de pouvoirs, de rapports sociaux, de rapport au travail, à la prise de décision, au temps, à l’argent, etc. sont autant de moyens de se confronter aux difficultés à coopérer que de remettre du mouvement, du sens, de la vie dans nos aventures collectives.

Dans la profusion des nouvelles méthodes de gouvernance, nous nous situons dans une critique du rapport à « l’outil comme solution ». En pensant l’histoire de nos aventures collectives de leur naissance à leur mort, nous explorons des formes d’organisations capables d’évoluer, en prêtant particulièrement attention au processus, c’est à dire à nos manières d’observer, analyser, comprendre les situations problématiques pour pouvoir les transformer et agir sur nos réalités. Il ne s’agit pas d’ériger des lois, mais bien de prendre des décisions situées, contextualisées, en se laissant la possibilité de différer les réponses.

Toute entité collective traverse des moments-clés (création, changement d’organisation, transition dans les modes de fonctionnements, départs et arrivées, crises, restructuration). Nous travaillerons à partir des « chantiers » de chacun-e, et nous arrêterons sur plusieurs de ces moments clés pour les analyser, les comprendre et permettre d’y trouver de nouvelles formes d’intelligence collective.

Pour plus de détails, téléchargez ici la note d’intentions et ici le programme de formation.

Télécharger la note d’intention des Ateliers-formation « découverte » ici

Corps, genres et sexualités

du 18 au 21 Octobre 2022 à Habiterre – Die (26150) co-animé par Wim de Lamotte et Nina Jail (Nousistan)Stage mixte.

Jouir de nos vies, jouir de nos corps, jouir de nos sexualités… Un désir légitime c’est certain, mais parfois aussi une nouvelle injonction sociale. Pas si simple!

La complexité de partager nos sexualités avec d’autres fait partie des défis de notre époque. Des désirs, des identités et des pratiques différentes de la norme s’affirment de plus en plus fort, tout comme l’exigence de consentement et d’auto-détermination. L’amour se réinvente sous de multiples formes relationnelles, affectives et sexuelles.

Il nous semble nécessaire d’aborder ces sujets pour pouvoir inventer plus librement et vivre plus sereinement nos sexualités. Il nous semble aussi important d’apprendre à accompagner les transformations sociales en cours.

Les entraves à des sexualités libres et joyeuses sont nombreuses et nous avons conscience qu’il est souvent difficile de les appréhender et de s’en défaire : de nos galères quotidiennes (asymétrie du désir, contraception, éjaculation précoce, règles douloureuses, frustrations, non-érection, douleurs, infections,…) au poids des normes sociales (honte, tabous, invisibilisation, stigmatisation, injonctions,…), jusqu’aux oppressions structurelles (violences sexuelles, exploitation du corps des femmes et des enfants, agressions trans/homo/lesbophobes,…).

Nous constatons :

… que nous sommes nombreux.ses à nous sentir bridé.e.s dans nos sexualités, à avoir vécu des violences sexuelles qui nous encombrent, ou simplement à chercher une sexualité plus épanouie ;

… que nous sommes souvent trop isolé.e.s pour partager nos questionnements, dépasser nos peurs, assumer nos désirs, et que cet isolement est lié à un tabou social majeur ;

… que nous nous sentons démuni.e.s pour soutenir les personnes que nous accompagnons, formons, soignons en lien avec cette thématique.

Nous souhaitons mieux prendre conscience de ces oppressions et de ces normes, et plus largement des nombreux facteurs qui déterminent nos sexualités (psychologiques, sociaux, culturels, économiques,…) pour s’en défaire et inventer ainsi de nouveaux repères. Ces déterminismes agissent sur les plans personnels, interpersonnels et politiques et se rejouent dans une multitude de coins et recoins comme les contes et les comptines, les gros titres des médias, les recommandations de nos parents, les conversations entre ami.e.s, les moments sous la couette,… En effet, comme l’affirment les mouvements féministes, l’intime est politique.

Nous proposons donc un atelier-formation de quatre jours pour se poser ces questions ensemble, penser nos sexualités, nos identités, nos pratiques sexuelles, s’entraider dans nos galères, partager nos victoires et continuer à se libérer, pas à pas, de nos entraves.

Télécharger la note d’intention – Jouir sans entraves?! – Octobre 2022

Télécharger le descriptif de formation – Jouir sans entraves?! – Octobre 2022

…Travailler les gouvernances des organisations collectives.

dates à venir

De la lutte contre les abus de pouvoir au développement du pouvoir d’agir, la question du pouvoir est au cœur des dynamiques collectives. Plutôt que de considérer le pouvoir comme un objet à conquérir, nous explorerons comment il peut être source de puissance collective lorsqu’il est pensé, nommé, distribué, formalisé, évalué,… Nous nous demanderons comment faire vivre des gouvernances en cohérence avec les valeurs que nous portons? Comment visibiliser et déjouer les rapports de pouvoir pour favoriser la coopération? Comment prendre et donner le pouvoir, mais surtout travailler son propre rapport au pouvoir?!

Nous réaliserons ensemble une production rassemblant les savoirs produits et collectés pendant la formation : des ressources, des analyses, des illustrations… Nous imaginons une petite auto-édition qui garderait la trace de nos partages et découvertes, à avoir dans nos besaces et à offrir à nos complices.

Cette formation est financable dans le cadre de vos droits à la formation professionnelle, contactez-nous pour vous accompagner dans vos démarches. La participation est à prix libre pour les personnes non financées. Formation ouverte à tous et toutes: professionnels, militants, bénévoles, chômeur.se, etc!

Télécharger le programme de formation ici

Du 6 au 10 mars 2023 – en résidence au Cabaret des Rmaières, Eurre (26)

Animé par Perrine Boissier, Julien Revol et Magali Arnould, en complicité avec la Méandre.

Pourquoi y a-t-il des tensions, des conflits au sein des groupes auxquels j’appartiens ? Qu’est-ce qu’ils disent de moi et de la société ? Pourquoi dans un groupe qui prône l’altérité, y a-t-il des exclusions violentes ? Pourquoi je n’ai plus envie d’aller travailler alors que j’ai un boulot qui me plaît ?…

Ce stage d’initiation à l’Analyse institutionnelle est une invitation à saisir pleinement ces questions abyssales pour les décortiquer et les comprendre ensemble et retrouver des marges de manœuvre. Nous travaillerons à partir de la notion d »‘institution » (qui ne se confond pas avec le sens commun d’établissement ou de grands appareils nationaux ou internationaux!) qui se définit à partir des année 60-70 comme un concept dynamique permettant d’envisager l’organisation comme « mouvement », à travers la lectures des rapports de forces peuvent être tantôt constructifs tantôt destructeurs. Les analyser nous permet de comprendre ce qui agit parfois en miroir à plusieurs échelles, dans notre société, dans nos collectifs, dans nos structures, comme dans l’intime de chacun.e.

Pour animer ce stage, nous sommes trois praticien-nes de « socianalyse », un dispositif d’intervention issu de l’analyse institutionnelle à travers lequel nous avons adopté des principes aujourd’hui fondateurs de nos postures d’accompagnement, de formation et d’intervention. Découvrir l’analyse institutionnelle a tant résonné et bousculé nos postures et nos pratiques qu’elle est devenue pour nous une grille de lecture incontournable des dynamiques collectives.

Pour plus de détails et d’information sur ce stage téléchargez bientôt, la note d’intention, et  le programme de formation.

La Turbine à Graines propose elle-même des interventions en socianalyse dans le cadre de ses dispositifs d’accompagnement. Voir l’onglet « Accompagnement »

Dates à venir – Animé par Perrine Boissier et Wim de Lamotte

Devant nos difficultés, nos impasses, nos impensés dans nos expériences d’autogestion, trop souvent nous n’arrivons pas à prendre le temps d’analyser ce qui nous arrive. Comment ne pas s’épuiser dans la tension permanente entre nos idéaux politiques et la réalité des affects humains, des conditions matérielles d’existence, des déterminisme sociaux,… ? Comment continuer à faire ensemble d’égal.e à égal.e, répondre de nos besoins de justice et de justesse sans cesse submergé.e.s par les enjeux de pouvoir, les blessures individuelles, l’austérité ambiante ?

Depuis plusieurs années, la Turbine a traversé (intensément!) et accompagné (joyeusement!) de multiples formes de « crise du collectif », auxquelles s’ajoute aujourd’hui la crise politique actuelle qui impacte toutes nos organisations. Beaucoup font des constats d’échec et finissent par juger l’organisation en autogestion comme impossible. Pourtant c’est aussi dans ces méandres souvent douloureux que nous engrangeons des savoirs précieux sur les possibilités de s’organiser de manière horizontale, de prendre en compte nos singularités, de travailler nos divergences et nos conflits, articuler nos forces… Que faisons-nous de ces savoirs ? Comment nous renforçons-nous dans nos pratiques au delà du conflit ? Quels moyens nous offrons-nous pour comprendre les situations et choisir ce que nous en faisons ? C’est l’objet de notre invitation à l’atelier-formation d’été : se retrouver pour mutualiser nos récits et fabriquer du savoir à partir de nos expériences, sur cette politique de l’autogestion qui semble tantôt un horizon incontournable, tantôt une impasse… L’an dernier nous avions creusé la question de l’affect dans les collectifs, cette année nous proposons d’entrer par la notions de leadership. Qu’est-ce que c’est ? Comment ne pas se perdre dans une organisation où « tout le monde fait tout » ou bien reproduire insidieusement des systèmes de chef-fes ?

Nous explorerons ces forces qui nous font agir et douter en prenant en compte la dialectique permanente de nos propres désirs d’autonomie et de collectif, entre idéal et matériel, pouvoir et puissance, lead et légitimité, conflit et compromis, affects et rationalités… Puis nous réaliserons ensemble une production pour raconter ces vécus et ces imaginaires, rassemblant les savoirs produits et collectés pendant notre séjour : des ressources, des analyses, des illustrations (récits, photos, dessins, chorégraphies, jeux, textes poétique ou théorique,…), dans l’intention de nourrir et soutenir nos collectifs et nos luttes. Nous imaginons une petite auto-édition qui garderait la trace de nos partages et découvertes, à avoir dans nos besaces et à offrir à nos complices.

Téléchargez ici les livrets produits en formation à propos des pièges de l’autogestion : livret 2020, cahier 2021

Pour plus de détails, téléchargez ici la note d’intention et ici le programme de formation (à venir)

Les stages « d’Entraînement Mental » portés et animés par Julien Revol via l’association La Méandre. Ces stages sont proposés en résidence et pension complète.

Du 13 au 16 décembre 2022 – à Die, Drôme (Habiterre) Stage Découverte.

Du 7 au 10 février 2023 – Drôme (lieu à préciser) stage Approfondissement ; en complicité avec l’OCCE et coanimé avec Emmanuelle Pain

Du 5 au 8 décembre 2023 à Die, Drôme (Habiterre) Stage Découverte.

> Entraînement Mental (EM) Découverte :

Comment lier penser et agir ? Cet atelier-formation vous invite à découvrir, questionner, renforcer une approche des situations concrètes à partir de l’entraînement mental pour analyser en complexité les situations, et tenter d’agir de manière lucide et cohérente.

Constituée à partir de foyers de Résistance puis par Peuple et Culture à partir de 1945 et actualisée en permanence depuis, cette méthode favorise le croisement de regards et l’analyse collective. Elle permet des allers-retours entre théorie et pratique, en convoquant les savoirs issus de nos expériences, et en allant arpenter des savoirs issus notamment des sciences humaines et sociales et des théories critiques. Elle est un exercice de la pensée, une démarche, un engagement éthique dans l’action, que nous proposons pour penser par soi-même, s’éloigner des préjugés, résister aux évidences et mieux appréhender les situations dans lesquelles nous vivons au quotidien sur le plan personnel, professionnel, militant, associatif et autres.

C’est notamment à partir des situations concrètes des participant-es que nous favoriserons la découverte, la pratique et l’entraînement des mécanismes de pensées pour agir et prendre des décisions. Aiguiser nos vigilances, gagner en souplesse et en mobilité intellectuelle pour développer nos capacités d’expression et de compréhension, et renforcer le pouvoir d’agir sur nos vies plutôt que d’avoir le sentiment de subir des choix extérieurs à soi.

Nous sommes là au cœur de l’éducation populaire et de son projet d’émancipation des individus et des collectifs : cultiver une pensée critique autonome en lien avec le réel, mettre au travail nos singularités, se donner des espaces où transformer notre existence et notre rapport au monde.

> Approfondissement de l’Entraînement Mental (EM) :

S’entrainer à un penser libre et ouvert, en vue de l’action. Résister aux évidences et aux opinions toutes faites, dans une visée critique et imaginative. Penser les situations dans leur complexité en alliant prudence et audace, acceptant l’indéterminé tout en aiguisant sa détermination.Construire des problèmes et ouvrir le répertoire des réponses. Repérer ses implications, pouvoir se situer et nommer ses maisons éthiques et épistémologiques.Enrichir sa culture méthodologique, se donner une boussole et des repères dans son chemin de réflexion et dans l’organisation de son action. Cultiver sa curiosité envers les savoirs, braconner dans les sciences, la philosophie et la littérature. Mettre ses valeurs et ses principes à l’épreuve du réel, remettre sans cesse sur l’établi le questionnement éthique.

Lors de cette session d’approfondissement nous continuerons à nous entrainer, et nous nous rafraichirons la mémoire en nous rappelant les différents repères que propose l’entrainement mental, en reconvoquant les schémas, en répondant collectivement aux questions posées par la pratique.

Nous continuerons le travail d’appropriation de la méthode en travaillant la rigueur, tout en s’assouplissant, en adoptant des réflexes tout en déjouant ses habitudes de pensée, et en affinant peu à peu ses propres manières de faire, en trouvant ses façons de fluer dans l’EM.

Nous travaillerons encore des applications concrètes de l’EM dans le dépliement de situations qui posent difficultés, à travers la lecture, l’écriture et la conversation, dans la conduite de réunion, ou l’élaboration de projet.

Nous ouvrirons à des façons inventives d’opérer avec l’EM dans tous les champs de la vie concrète.

Prérequis : avoir déjà suivi une session découverte de l’entrainement mental.

Suivez ce lien pour plus d’infos sur l’entrainement mental

/!\ Pour plus d’information ou pour s’inscrire sur ces stages, contactez directement Julien Revol : julienrevol1@gmail.com

  • Posture et cadre institutionnel (module 1 – 3 jours): Du 7 au 9 décembre 2022 – Habiterre (Die – 26)
  • Posture et mise en oeuvre (module 2 – 3 jours): Du 20 au 22 février 2023 -Habiterre (Die – 26)

En partenariat avec l’ALS (Association de lutte contre le sida et pour la santé sexuelle) et l’ESCDD (Espace social et culturel du Diois) 

Intervenante: Edwige Marty et Alexandre Chevalier, formateur.trices de l’ALS (et invités locaux)

Dans la vallée de la Drôme, nous réfléchissons avec d’autres à mettre en œuvre un projet pilote autour d’une éducation complète aux sexualités de 6 à 25 ans au sein de l’institution scolaire et en dehors. Nous sommes aux prémices de ce projet et si vous souhaitez contribuer, n’hésitez pas à nous contacter!

L’intervention en éducation à la sexualité en institution (école, aide sociale à l’enfance, centres de loisirs, clubs divers,…) nécessite une posture spécifique. L’ALS, en partenariat avec l’Éducation Nationale, à conçu initialement cette formation pour l’intervention en milieu scolaire, selon les critères définis par l’OMS. Elle est ici adaptée pour accueillir les professionnels et bénévoles souhaitant intervenir dans tout contexte institutionnel. Travailler sa posture et ses représentations, acquérir des savoirs sur les différents champs de la sexualité (biologique, psycho-affectif et juridique/social) et mieux connaître les publics permet d’aborder les questions de sexualité plus sereinement et de manière adaptée.

Pour commencer, nous proposons un premier temps de formation de trois jours pour les personnes qui souhaitent s’initier à l’intervention en éducation aux sexualités auprès des publics adolescents. Il s’agit de travailler sa posture et ses représentations, acquérir des savoirs et mieux connaître les publics pour aborder les questions de sexualité plus sereinement et de manière adaptée. Cette formation est ouverte aux professionnel.les de tous secteurs confondus, et  toute personne qui souhaite se sentir plus légitime pour s’impliquer sur ces sujets. Elle s’adresse en priorité aux habitant.e.s de la vallée de la Drôme dans l’idée de constituer un réseau de personnes formées, et potentiellement aptes à intervenir auprès des publics du territoire. Ces sujets nécessitent une formation continue et des espaces d’analyse de la pratique pour adapter sans cesse nos postures aux besoins des personnes que nous accompagnons, prendre en compte les évolutions scientifiques, législatives et sociales et travailler sur notre propre rapport à notre sexualité.

Conditions d’accès:

  • Cette formation est ouverte à toute personne qui souhaite s’engager dans ce domaine.
  • Il est possible de faire les modules séparément.
  • Le module 2 est réservé aux personnes ayant fait un module 1 avec nous où ailleurs et qui ont fait au moins une séance d’observation sur le terrain. Nous contacter pour plus d’infos.

Programme – Parler de sexualité avec les ados – 11-13 Avril 2022

Explorer, accompagner, transformer les parentalités dans une perpective féministe.

Du 12 au 14 octobre 2022 – La Salière, Grenoble (38100) – Co-animé par Perrine Boissier et Morgane Gonnet – en mixité choisie sans homme cisgenre*

La question d’avoir un-e enfant ou non a donné lieu à des luttes historiques et à des progrès incontestables depuis plus d’un demi-siècle de notre société, pourtant nous identifions encore des enjeux forts de l’émancipation individuelle et collective dans nos manières de voir, de vivre, de penser la parentalité aujourd’hui. Dans son livre « De la marge au centre », bell hooks parle de « parentalités révolutionnaires » dans une perspective féministe : elle décrit la nécessité de questionner nos modèles familiaux qui entretiennent et reproduisent des systèmes de domination à tous les âges de nos vies. Elle invite à l’élargissement des relations pour inventer d’autres formes de parentalités, reliées à la question du soin plutôt qu’à celle de la génétique pour sortir de la conception des enfants comme « objet d’amour » de leurs parents et aller vers des responsabilités plus collectives. Il s’agirait alors de « faire famille autrement », oui mais comment ?

Comment ne pas se ré-enfermer et reproduire soi-même les stéréotypes de genre quand on devient « mère » ? Comment continuer d’agir la lutte féminisite sous les injonction à être à la fois professionnel-le carriériste, mère aimante et attentionnée, femme amante et désirante, belle, dynamique, sportive, éternellement jeune, indépendant-e, sexuellement épanoui-e, souple, adaptable, surtout pas grande gueule, dans l’écoute et l’accueil, performant-e, structurant-e, efficace, conciliant-e, tempéré-e, qui ne pas déborde pas, ne prend pas trop de place, etc, etc, etc…

Cet atelier-formation nous invite à penser les parentalités dans de multiples dimensions, à partir de nos expériences personnelles comme professionnelles, et des ressources qui nous ont soutenu-es, inspiré-es, bousculé-es. Nous explorerons les tension entre les statuts de mère et de femme par exemple, dans le droit à être mère comme à ne pas l’être, le partage des responsabilités dans des formes de co-parentalités qui s’inventent, questionnant ainsi : le rapport à la famille nucléaire, au couple, à l’hétéronormativité… Quelles seraient les formes de parentalités ou de co-parentalités constructives et désirables pour chacun-e ? Comment faire avec les éducations sexistes encore transmises à nos enfants ? Il est où, ce fameux «village » dont nous aurions tant besoin pour élever nos enfants ?!… autant de questions qui nous confirment que la parentalité aussi c’est politique !

Cet atelier-formation s’adresse à toute personne qui se sent concerné-e ou intéressé-e dans le cadre de la mixité choisie : individus ou professionnel-les amené-es à traverser ces questions de plus ou moins près, dans sa vie auprès d’autres familles, enfants, parents…

* Mixité choisie : consiste à se réunir entre personnes appartenant à une ou plusieurs minorités opprimées et discriminées en excluant la participation de personnes appartenant aux groupes pouvant être oppressifs et discriminants. Cela permet de créer un espace d’échange et de partage rassurant car moins exposé aux schémas de domination sociale.

*Cisgenre (cis) : identité de genre où le genre ressenti d’une personne correspond au genre assigné à sa naissance, s’oppose à transgenre.

Téléchargez la note d’intention ici

Téléchargez le p rogramme de formation ici